• La sexualité au féminin

    L’image contient peut-être : 1 personne

     

    La  sexualité  au  féminin 

     

    La sexualité au féminin 
    "La sexualité permet à la femme de mesurer le degré d’enveloppement de sa conscience par le
    mâle lorsque l’orgasme la noie dans l’incontournable sentiment de liberté qu’offre une expérience réussie, avec un partenaire sensible et bien harmonisé. 
    La sexualité féminine revêt un caractère particulièrement maternel contrairement aux apparences très sexuées de la femme dans l’intimité de l’acte. 
    De par sa sexualité, la femme démontre combien elle fait confiance et combien, dans un même temps, elle s’expose la déception. Elle tente dans la sexualité de se
    prouver que celui avec qui elle fait l’amour est à la hauteur de son éthique sexuelle, alors qu’elle reconnaît au fond d’elle-même, la possibilité d’un enjeu illusoire, d’une partie de dés, tant qu’elle n’aura pas identifié chez l’autre, une pulsion amoureuse - et non simplement sexuelle -
    identique à la sienne.

    Il faut reconnaître la complexité de l’être féminin et le voir dans un mode contrastant, pour discerner dans sa sexualité la complicité et à la fois, le don de soi. La complicité lui permet
    d’accentuer ses talents, de faire miroiter ses atouts. 
    En réalité, cet amour, cette abondance, cet abandon vertigineux ne sont pas au profit de sa seule nature animale, mais davantage une mise de côté ciblant une union possible.

    Sur l’autre plan, le don de soi fait partie de la conscience de
    la femme en amour, car son corps reçoit les affronts de la sexualité masculine, lorsque l’amant n’a pas suffisante conscience de sa délicate nature.
    Le don de soi est l’inévitable résultat du conflit millénaire entre la proie et la chasse, extension des mouvements fondamentaux de la nature animale, dans ses aspects les plus rudimentaires.
    Sur un plan plus évolué, la conquête brutale fut remplacée par le don de soi, car la femme se réserve le droit de refus, sauf dans le viol. La femme n’aime pas qu’on la traite de manière
    cavalière, mais elle approuve qu’on lui fasse signe, afin de sentir qu’elle plait toujours. 
    Quand la femme s’ennuie, la sexualité revêt un caractère secondaire, car elle doit débattre en elle même
    la valeur de l’acte contre son état. Dans l’intimité de l’acte, la femme projette l’abondance, mais dès qu’elle est seule, elle se sent appauvrie, si elle ne se sait pas vraiment aimée. Lorsque la femme est en amour, c’est la folie douce. Son esprit ne s’ennuie plus."
    Bernard de Montréal 
    Extrait du livre la femme
    la sexualité au féminin

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :