• 10  :  La roue de la fortune

     

    10  :  La roue de la fortune 

     

    Novembre 2015 : Mois universel  10/1

     

    Avec la roue de la fortune, nous entrons dans une nouvelle phase.

    Cette roue qui tourne sans cesse est inscrite dans l'inconscient collectif comme le symbole des forces de la destinée

    La vie nous hisse "vers le haut" puis nous précipite "vers le bas"

    Tantôt par notre responsabilité immédiate tantôt pour des raisons karmiques, nous oscillons sans cesse entre les forces animales , involutives et les forces spirituelles évolutives

    Qu'importe, du moment que chaque descente, chaque remontée, chaque parcelle de vécu peut donner à l'être une leçon qui lui sera profitable pour sa propre construction

    L'expérience la plus dure prendra alors une coloration positive puisque apportant "un plus" à la connaissance de soi et de l'univers

    Si l'être prend conscience de ce qu' il est il le doit aux énergies ensemenssées dans le passé ; il saura que la forme acquise en ce moment même est une graine en germe pour demain

    A chaque tour de roue nous pouvons acquérir un peu de connaissance  Rien dans le cercle de la roue ne peut rentrer ou sortir sans notre consentement  ; image de "l'éternel retour", cette roue nous entraîne de toute façon avec ou sans notre consentement

    A nous d'apprendre un peu mieux à chaque nouvelle expérience; à la faire osciller dans le sens de notre évolution

    Les cycles de réincarnation ou les cycles à l'intérieur d'une vie, sont d'un point de vue cosmique exactement la même chose 

    A travers les expériences que nous devons vivre obligatoirement - ces morts et ces renaissances - nous accéderons enfin à la naissance à l'esprit

    Au fur et à mesure que nos expériences se situeront plus près de notre centre, les oscillations deviendront moins fortes

    Le jour où nous atteindrons notre partie immuable les montées et les descentes de la roue ne seront alors qu'agitations périphériques qui ne pourront plus, définitivement nous atteindre !

     

    Alors ce mois de novembre va-t-il nous précipiter vers le bas ou au contraire va-t-il nous entraîner vers la remontée ?

    Je vous souhaite un joyeux tour de manège

    Bien à vous

     

    Françoise 

    10  :  La roue de la fortune

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 8  La justice

     

    8  :  La Justice

     

    Justice immanente, nécessité d'harmonisation :

    Avec soi-même

    Avec les forces cosmiques

    8 : Nombre cosmique sans commencement ni fin

    Symbole de l'infini

    Si la  justice évoque l'ordre,, c'est surtout à l'ordonnancement parfait de l'univers qu'elle fait allusion

    Dans cet équilibre cosmique, chaque être a sa place et son rôle à jouer à condition de savoir s'y soumettre comme l'on se soumet naturellement au rythme des saisons

    Le 8 nous parle aussi de la confrontation avec "l'ombre"  et de la nécessité d'harmoniser aussi bien cette partie de l'être que sa partie "claire" avec le Tout, dans l'espace et dans le temps avec le conscient comme avec l'inconscient

    La balance représente donc cet équilibre qui est santé, harmonie et justice et le glaive, le pouvoir de trancher pour le rétablir à chaque fois que la volonté individuelle se met en désaccord avec la volonté universelle

    L'existence de l'être doit se dérouler en accord avec le rythme cosmique ; sans cela les forces de vie se chargeront immanquablement de lui envoyer des signes, des avertissements

    Il s'agit pour lui d'en tenir compte sous peine de voir le glaive retomber jusqu'à ce qu'il accepte de comprendre enfin que c'est d'abord en lui  -  l'être reflet du macrocosme  -  que devra s'établir cet accord profond

    Tel Boudha trouvant la voie juste, l'illumination  en empruntant le huitième sentier ; l'énergie captée par l'initié doit l'amener vers l'équilibre parfait, réponse à l'harmonie cosmique présidant à toute vie

     

    Bien à vous

    Françoise 

    8  La justice

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 16 : L'Arcane Sans Nom

    13  :  L'Arcane  sans  Nom   -   La mort renaissance

     

    Principe transformateur, fin et commencement, sacrifices à consentir pour progresser.

    Détachement, libération, passage, mutation

    Victoire sur le visible

    le 12, le pendu, en quête de sa vérité intérieure immobilisé entre les colonnes du temple, se préparait à être admis à l'intérieur

    Cette préparation qui a pour nom "lâcher prise", lui a fait abandonner ses préjugés, sa façon de penser...

    Si le 4 était accumulation, incarnation, le 13 est désincarnation . Le corps de chair est abandonné comme un costume de scène 

    Le 4 était le petit moi, et le 13 est la mort, la mise en sommeil de ce petit moi qui va autoriser l'Etre à aller vers le Soi  (son Nom profane a été oublié car nous sommes ici dans l'impersonnel ;  dans de nombreuses traditions,l'initiation confère un nouveau nom plus conforme à la personnalité profonde qui se dévoile au cours de ce passage)

    Ce qui est fauché est un état ; la faux tranche ce qui est déjà mort, faux ...

    La mort nous effraie parce qu'elle est liée à nos cinq sens, pour eux, elle signifie oubli ou inconnu. Mais nos cinq sens sont pauvres dans leurs possibilités d'appréhension de tous les aspects de la réalité

    Ils ne peuvent nous permettre de percevoir la  force de vie qui circule partout et toujours

    Seul pourra connaître cette vérité essentielle, ce qui en nous est immuable et que nous devons aller chercher : l' âme !

     

    Les Parfaits Cathares disaient : "La mort est le baiser de Dieu" 

     

    Alors, quand le 13 montre son nez posez-vous la question : Que dois-je abandonner ?

    Qu'est-ce-qui doit mourir et renaître à un niveau plus subtil ? 

     

    Avec Amour 

    Françoise 

    13 : L'Arcane Sans Nom  - La mort renaissance

     

    13 
    On entend souvent dire que le treize est un nombre qui porte malheur et en particulier qu’on ne doit jamais être treize à table, et beaucoup se demandent ce qu’il faut en penser, car ils sont troublés par toutes sortes de récits qu’on leur a faits à ce sujet.
    Pour comprendre pourquoi le nombre treize a été considéré comme un nombre maléfique, il faut commencer par s’arrêter un moment sur le nombre douze. Une journée se divise en deux fois douze heures, une année en douze mois et il y a douze signes du zodiaque. Dans la Bible, le nombre douze se retrouve à plusieurs reprises : Jacob avait douze fils qui ont fondé les douze tribus d’Israël ; ces douze tribus étaient représentées par douze pierres précieuses qui figuraient sur le pectoral du grand Prêtre Aaron, frère de Moïse. La Jérusalem céleste que décrit saint Jean dans l’Apocalypse repose sur douze assises de pierres précieuses et sa muraille a douze portes qui sont douze perles.
    Le douze est donc le nombre de ce qui est achevé, qui forme un tout, un ensemble : un jour, une année, un peuple, une ville. Le treize, c’est douze plus un, et ce un qui vient s’ajouter est en dehors de l’ensemble ; il est comme un élément étranger, et s’il n’est pas pur, s’il ne vibre pas en harmonie, c’est tout l’ensemble qui est menacé. Voilà pourquoi le treize est considéré comme un nombre difficile qui apporte des épreuves et même la mort. La treizième carte du Tarot est celle de la mort.
    Maintenant, on peut dire aussi que le un qui s’ajoute au douze représente le commencement d’un autre cycle, ou d’un autre ensemble. Dans la Science initiatique, la mort n’est jamais considérée comme un terme définitif, mais comme le début d’une vie nouvelle. Le nombre treize n’est donc pas un nombre maléfique, mais il ne supporte pas les impuretés et la désharmonie. Et comme il est aussi très actif, très dynamique, ce nombre peut bousculer les créatures qui ne possèdent pas les qualités féminines de bonté, d’amour et de douceur pour compenser son influence.
    Dans le plan physique, le nombre treize est lié à la croix (1 + 3 = 4), donc aux souffrances. La croix est le développement du cube dans l’espace à deux dimensions, et le cube, schématiquement, représente une prison.
    Pourtant, si le nombre treize agit défavorablement sur les créatures, cela ne tient pas à lui, mais à la manière particulière dont chacun reçoit son influence et les influences de ce qui l’entoure. Cela est aussi vrai pour l’eau, l’air, la lumière, et même la nourriture : chaque créature les reçoit de façon particulière, cela dépend de sa santé, de sa structure, de son développement, de son élévation spirituelle. Certains sont stimulés, d’autres tombent malades, d’autres encore se mettent à réfléchir.
    En eux-mêmes, les nombres, comme beaucoup de choses dans la vie, sont neutres, mais ils agissent différemment suivant les individus. Pour un Initié, qui sait tout transformer, le nombre treize peut être très favorable, alors qu’il bouscule les autres hommes ; c’est un nombre qui nettoie, qui purifie, et ceux qui ne peuvent pas résister à cette purification sont rejetés ou éliminés. C’est pourquoi il vaut mieux pour eux l’éviter, et éviter particulièrement d’être treize à table. Ce qui est curieux, c’est que souvent les malheurs, les accidents qui arrivent à ce moment-là tombent sur le plus jeune, qui peut même en mourir. Oui, j’ai moi-même observé de tels événements et j’ai vu que ce ne sont pas des superstitions.
    Évidemment, s’il fallait étudier toutes les traditions qui prescrivent de faire ou de ne pas faire ceci ou cela, on en remplirait plusieurs volumes car chaque pays possède les siennes, et surtout les peuples primitifs avec toutes leurs coutumes concernant les mariages, les naissances, les rites à observer au moment de la puberté, etc. Il se peut que dans beaucoup de domaines, ils soient tombés juste grâce à leur clairvoyance, à leur médiumnité et aux communications qu’ils ont avec les entités du monde invisible. Mais si on commence à surveiller tous ces détails, on est trop limité, on ne peut plus rien faire.”
    Omraam Mikhaël Aïvanhov

     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Mourir et Renaître

    Mourir  e t Renaître 

     

    Notre développement est pareil à celui d'un papillon

    Nous devons "mourir" et renaître" comme l'oeuf meurt et devient chenille, la chenille meurt et devient chrysalide, la chrysalide meurt pour que le papillon naisse à son tour.

    C'est un long processus et le papillon ne vit qu'un jour ou deux.

    Mais le dessein cosmique s'accomplit...

    C'est pourquoi nous devons devenir comme des petits enfants

     

    Belle fin de semaine à toutes et à tous 

    Bien à vous 

    Françoise

     

    Mourir et Renaître

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires